AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Larius : un bon gros abrutis !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Messages : 2
Date d'inscription : 24/08/2017

MessageSujet: Larius : un bon gros abrutis !   Sam 9 Sep - 14:45

❝ Larius Esperanto❞
"C'est quoi l'honneur ? ça se mange ? "

PRÉNOM ■  Larius
NOM ■  Esperanto
SURNOM ■  La flèche
AGE ■ 19 ans
SEXE ■ petit... question de proportions
ORIENTATION ■ Très bonne merci. il retrouve toujours le nord

RACE ■ humain
METIER / STATUT SOCIALE ■ Charpentier / noble défroqué / pirate
RELIQUE MAUDITE ■ La gourde de disparition
STYLE DE COMBAT ■ Il utilise sa maitrise de l'aether en complément du pouvoir de sa malédiction porter des coups très puissants. Il s'est spécialisé dans le déplacement très fin de l'aether de son corps. Il est capable de déplacer près de 90% de l'énergie de son corps vers une zone de seulement 10% de son corps ce qui lui permet de porter des coups terribles mais tout en ouvrants es défenses. Il est aussi capable d'anticiper plus rapidement.

COMPÉTENCES ■ Bricoleur, il est capable de rafistoler un peu n'importe quoi. Il  habile de ses mains et débrouillard et saura être utile à la manœuvre d'un navire. Il est aussi très vif et réactif. Flûtiste à ses heures.

AVATAR ■ Seth (Radiant)



« Description physique »

La première chose qui vient en tête pour décrire ce jeune homme c'est « petit ». En effet, il mesure  1m53 pour un poids de 45 kilo. C'est vraiment un poids plume. Remarquez, il n'est pas encore dans la limite de l'anorexie mais disons plutôt qu'il n'a pas un pet de gras. Le peu de masse qu'il a est musculaire. Il arbore un air très juvénile avec des traits de visage assez arrondis le tout lui donnant une bouille adolescente alors que bon, il est adulte notre Larius. Tout ça fait qu'il est assez rarement pris au sérieux si on se met à le juger sur son apparence.

Il est reconnaissable à sa tignasse noir ébène ébouriffée et qui doit pas dépasser les 8 centimètres de longueur. Ses cheveux se montrent à peu près aussi rebelles que lui, lui donnant l'air de sauter du lit à tout moment. Il a également de grands yeux sombres assez souvent grands ouverts à regarder dans tous les sens. Un autre de ses signes distinctifs est de souvent porter des bandages ou pansements, ayant l'habitude de toujours se blesser, s'égratigner de partout en faisant des trucs de casse-cou ou en se croûtant la tronche par terre à force de pas regarder où il marche. Vous le reconnaîtrez aussi à son air pas mal dans la lune. Il a souvent regard fuyant. Non pas qu'il fuie la confrontation visuelle. Juste qu'il n'a que rarement le regard fixe. Un peu comme un oiseau, il ne cesse de regarder tout autour de lui comme pour contrôler son environnement mais aussi apparemment par ce qu'il a du mal à tenir en place. Il ne cesse de gesticuler. Il semble à le regarder que rester immobile pendant 2 minutes est pour lui un défi impossible à relever.

Il a un style vestimentaire assez débraillé, avec des fringues le plus souvent troués par endroits ou rapiécés. Ils ne sont pas toujours appareillés On constate par contre qu'il porte le plus souvent des fringues assez légers et qu'il s'habillera de la façon va plus légère et souple possible, privilégiées tenues courtes.

Larius se montre le plus généralement souriant ou avec un air un peu abrutis accroché au visage. Et en général quand il ouvre la bouche, ça se confirme un peu. Ça se porte sur sa tronche qu'il ne prend pas trop les choses au sérieux.  C'est aussi un gamin pas trop discret tant dans ses gestes que sa façon de parler. Il parle fort, est bruyant, se déplace de façon pas forcément gracieuse et sans faire attention au bruit qu'il fait même s'il a une démarche assez légère voire aérienne.


« Description mentale »

Larius est une personne relativement insouciante, sociale et fêtarde et dont l'absence totale d'ambition est assez frappante. Il se contente de vivre du jour au lendemain et d'apprécier ce qu'il vit tous les jours. Il n'a pas de plan particulier, pas de volonté profonde ou violente. C'est aussi quelqu'un qui se contente passablement de ce qu'il a. Il n'est pas animé par une envie débordante d'être riche ou même célèbre ni par la volonté d'être un homme de pouvoir par exemple.C'est une personne qui suit le rythme de la vie sans trop se poser de questions. Cependant, il est également épris d'un besoin de liberté indéfectible. Il aura du mal à respecter les ordres qu'on lui donne. Il est indiscipliné et insubordonné de nature. Il aime suivre son avis même contre l'avis d'un éventuel supérieur genre un capitaine sous les ordres duquel il naviguerait. S'il juge que son capitaine lui donne un ordre stupide, il ne l'exécutera pas. Puis même en règle général, il aime faire ce qu'il veut quand il veut ce qui l'amène à s'attirer un tas d'emmerdes. Il va le plus souvent au devant des ennuis à cause de cette attitude. D'autant plus que comme dit précédemment, son attitude est assez décomplexée et insouciant. Et ça, ça a tendance à emmerder les gens. Il a aussi tendance à pas toujours réfléchir aux conséquences de ses actes. Par exemple il n'est pas du tout gestionnaire et l'argent il le dépense très vite sans penser au lendemain. Il trouve assez absurde l'entassement de richesse par exemple. Pour lui, les richesses c'est fait pour être dépensé merde ! Globalement, on peut dire qu'il a un comportement infantile. Il est jeune mais normalement à son âge, on est plus mature quoi.

En gros, c'est une personne assez égoïste qui ne pense passablement qu'à sa tronche. Il a un aspect assez individualiste. Mais en dépit de cela, c'est pas une personne cruelle qui se moquera complètement d'autrui et qui cherchera le profit en faisant souffrir des personnes autour de lui. Il n'est pas cruel le moins du monde mais n'a pas non plus un profile de super héros. Il est passablement désintéressé. En fait, ça dépendra des fois. Parfois s'il assiste à une agression, il sera capable de passer son chemin comme si de rien n'était comme il pourra décider d'aider l'agressé. M'enfin bon, en règle général, il accorde une certaine importance à la vie et n'est pas trop adepte du meurtre ou même de la baston qu'il ne pratique pas avec joie. Il est sinon carrément sociable et a tendance à s'adresser à tout le monde de façon sincère, familière et désinvolte.

Il a un côté assez agaçant par ce que c'est une personne vraiment sans avis sur rien en fait. On a l'impression qu'il se fout gentiment de tout. Tout ce qui compte pour lui, c'est jouir de sa liberté et ça passe généralement par des fêtes, de l'aventure, des voyages et de la déconne. Il ne supporte pas trop l'immobilisme. C'est une personne plutôt instable et imprévisible. Il peut agir de façon assez surprenante et inattendue en situation de combat comme tous les jours. Il ne tient pas trop ses engagements et je ne recommande pas trop de lui faire confiance ou de lui prêter de l'argent, vous ne verrez jamais plus la couleur de ce que vous lui avez prêté. Mais ça se manifeste rien que par son attitude qu quotidien. Il a de légers trouble de l'attention avec une certaine difficulté à se concentrer sur une seule chose. Il décroche assez rapidement d'une conversation. Ne vous offusquez pas s'il regarde autour quand vous lui causez, c'est juste qu'il peut pas s'empêcher d'avoir son attention captée par n'importe quel autre signal extérieur. Sinon, c'est au pas mal un roi d'la glandouille. Il a un sens de l'humour un peu douteux et fait assez souvent des blagues à la con. Il ne pense presque qu'à s'amuser et garde assez difficilement son sérieux. il a presque toujours une répartie à balancer même dans les pires moments.

Il voue une haine profonde pour la marine, en tant qu'institution et en fait tout ordre militaire. Mais plus que tout encore, il déteste sa famille et tout ce qu'elle représente. S'il y a juste une personne qu'il s'autoriserait à tuer un jour, c'est un membre de sa famille, qui qu'il soit. Il déteste tellement tout ce qu'ils représentent, tout ce qu'ils lui ont fait, tout ce qu'ils l'ont forcés à faire, à être contre son bien être ou même son consentement durant toute sa vie. Il ne se présentera jamais avec son nom de famille et il détestera qu'on le désigne par son nom de famille. C'est certainement le seul sujet qui peut réellement lui arracher un air grave voire un regard de haine. Par ce qu'en règle générale, il a tendance à essayer de tout prendre un peu à la légère. Mais s'il n'y a qu'une chose qui le refroidit vraiment, c'est la marine, mais plus encore sa famille.

Sa malédiction l'a poussé à devenir très méfiant. Mais pas méfiant du genre à penser que tout le monde est potentiellement mal intentionné et veut lui faire un coup de pute. Étrangement ça non. Au contraire, il est si con qu'il verrait pas qu'un mec essaie de le trahir oud e l'arnaquer même si c'est grossier. En fait, c'est une méfiance purement physique vis à vis des gestes des personnes qui l'entourent. Un peu comme si à chaque fois qu'une personne levait la main, il s'imaginait que c'était pour lui en coller une. Par contre, il ne manifeste pas la moindre méfiance par rapport aux paroles des gens. Il ne part pas du tout du principe que tout le monde veut lui mentir ou lui faire à l'envers. Mais il se tient toujours en alerte en cas d'attaque et aura tendance à vouloir esquiver toute personne qui s'approchera de son dos ou même de lui en règle générale. Il évite soigneusement toute situation qui peut le mettre dans cette situation physique de tende le dos à une personne. Ça fait de lui une personne qui est doté d'une vitesse de  réaction en cas d’attaque soudaine assez surprenante. De même il surveille toujours ses arrières. Au sens propre du terme..


« Histoire »

La vie c’est pas simple quand on est dans une famille qui a un nom, que dis-je, une renommée, un rang ! C'est le cas de Larius en tous cas vu qu'il est né au sein d'une des plus grandes dynastie de marins de  tout l'empire. En effet, parmi ses illustres ancêtres, il compte plus d'un amiral en chef de la marine impériale. Deux pour être précis. Ça fait plusieurs. Dans sa famille, on est un haut gradé de la marine impériale ou on est la honte de la famille. On peut sauver les meubles si on devient un notable, un diplomate ou un ingénieur militaire. Larius a ce souvenir vivace de ces discours que sa famille tenait sur son grand-oncle paternel. Un homme qui avait eut une vie assez estimable et enviable mais qui fut toujours détesté mais surtout méprisé par le reste de la famille par ce qu'il n'avait jamais fait ses armes. En effet, très jeune, il s'était engagé dans une carrière brillante d'architecte naval, mettant au point des navires parmi les plus perfectionné de son temps... Mais ça ne suffisait pas pour trouver grâce aux yeux du reste de la famille, il mourut seul et abandonné du reste de la famille quand il tomba gravement malade, touché par une maladie foudroyante qui l'emporta trop tôt pour que son œuvre n'entre à la postérité. Et parlons-donc aussi de son cousin qui est la risée de toute la famille par ce qu'à 40 ans, ce dernier n'était pas capable de progresser à un rang plus haut que lieutenant. Eh oui, dans sa famille, on considère que si t'es pas au moins capitaine à 30 ans, c'est que t'as raté ta vie.

Enfin, je parle de famille mais sa famille est au fil des années devenu plutôt ce qui ressemble à une sorte de clan s'étant étendu à force de descendance et d'alliances avec d'autres familles sur plusieurs branches familiales. Six pour être précise. Larius est lui membre de la branche principale, la branche qui dirige la famille Esperanto. Il est un descendant direct de Emir Esperanto, Amiral en chef de la marine impériale il y a près de 160 ans. C'est son arrière arrière grand père. Et du coup, en tant que membre de cette dite branche principale de la famille, il subit d'autant plus de pression qu'une pièce rapportée.  Il va de soit qu'une telle famille fut décorée et gagna des titres de noblesse avec autant de services rendus à l'empire et plus particulièrement à la famille Aragon.  La famille Esperanto est donc l'un des plus fidèle soutien des Aragon. Larius est donc né dans l'aristocratie qu'on pourrait presque nommer noblesse d'épée.

Bref, comme dit précédemment, tout ça donne un climat d'évolution assez anxiogène avec un tas d'attentes qui reposent sur ses épaules. Il n'est certes pas le seul héritier ni le premier héritier de la branche principale de sa famille, mais il n'empêche qu'en tant que membre de cette famille principale, il a toujours dû, dès son plus jeune âge tenter de se montrer fort, digne de la famille mais surtout aller pile là où on l'attend. Très jeune, il fut « arraché » aux seins de sa mère pour être confié à des nourrisses, puis à des instructeurs. Il n'avait presque pas de contacts avec ses parents qui avaient franchement autre chose à foutre que de s'occuper de lui. Ses parents étaient des personnes froides, carriéristes, opportunistes et pas franchement sentimentales. Je rappelle que ses deux parents étaient officiers supérieurs de la marine impériale et avaient donc des responsabilités. Son père devint amiral de la marine par exemple. Et puis la compétition fraternelle pour savoir lequel sera le plus fort ou digne de la gloire familiale et donc lequel aura le droit au plus d'attention parentale et de félicitations du reste de la famille, je vous en parle même pas.

Larius est le dernier d'une fratrie de trois mais il faut dire qu'il a presque autant été élevé avec ses nombreux cousins et cousines plus ou moins éloignés autant qu'avec son frère et sa sœur. Et pas de chance pour lui, il était même le plus jeune de cette génération de la famille Espéranto. Il a  donc toujours été vu par les autres comme le p'tit dernier, le plus faible. Et c'est pas du tout dans l'esprit de la famille que le petit dernier soit surprotégé par les adultes, alors là non ! Au contraire. Comme il est le plus jeune et le moins fort de la fratrie, il ne doit que redoubler d'efforts pour tenter de surpasser les autres et d'ainsi tenter de dorer le fière blason de la famille espéranto. Une doctrine pas mal individualiste un peu cruelle.

Vous le sentez le bon gros climat familial pas du tout propice à l'épanouissement personnel ?! Bon, par contre ce qu'on peut pas enlever, c'est qu'il a eu une instruction solide. Très solide sur tous les plans. Un Espéranto doit se montrer savant dans tous les domaines afin d'être un bon officier. Mais bon, devinez quoi, les études ça a jamais été trop son truc, ni même les études martiales et du combat qui lui fut dispensé dès son plus jeune âge. Larius s'est très tôt  révélé être en enfant rêveur, dissipé, hyper-actif sur les bords et surtout avec une façon de penser peu orthodoxe contrairement aux autres membres de sa famille eux assez cartésiens.  Ça, ça plaît moyen dans la famille qui est plus adepte de discipline militaire et qui en devient à force abusément prévisible. Rien ne ressemble plus à un Espéranto qu'un autre Espéranto. Mais bon, comme son défunt grand-père disait : « Un comportement peu orthodoxe peut être un grand allié en combat comme dans la vie. »

Larius grandit donc dans l'ombre faite par son frère mais surtout sa sœur qui se révéla très jeune être ce qu'on pourrait appeler un génie. Ils bouffaient toute l'attention pour Larius qui, sans être un déchet faisait pâle figure à côté des deux autres là. Il est né avec une constitution assez fragile. Il a toujours été petit pour son âge et ça ne s'arrangea jamais. Et comme dit précédemment, il ne se distinguait pas par son génie scolaire et pour ce qui est des exploits athlétiques, le fait est qu'il ne soutenait pas la comparaison.

Mais en fait, bien qu'il n'ai jamais reçu l'amour ou la considération parentale, il n'a jamais été délaissé pour autant dans son éducation. Il a eut des nourrisses, précepteurs et maîtres qui ont remplis ce rôle pour ses parents et qu'en un sens il préférait à eux. Et puis il était entouré d'instructeurs et autres personnes à qui ses parents déléguaient leurs devoirs parentaux. De plus, il eut été impardonnable qu'un des descendants directe de Emir Esperanto fut un pleutre doublé d'un incapable et un imbécile sans la moindre instruction ! C'est pourquoi il fut tout de même bien formé, surtout quand ses parents comprirent qu'il restera à jamais un enfant au physique assez « ingrat » car relativement chétif. Dès ses 9 ans, ils le confièrent à un maître de l'aether, comprenant que la maîtrise de ce dernier était le seul moyen pour que leur fils puisse vraiment se distinguer. Puis un autre lui succéda, puis un autre et encore un autre. En fait, plusieurs se succédèrent, affirmant que le jeune Larius était l'un des pires apprentis qu'ils avaient eu. Comme dit plus haut, Larius était un enfant distrait qui avait du mal à se concentrer et la plupart des méthodes d'apprentissage conventionnel les ne fonctionnaient pas sur lui, n'arrivant pas à susciter son intérêt mais n'attirant que son ennui profond. En plus, lui, à 10 ans, il voulait jouer avec d'autres gamins, se faire des amis autre que ses frangins et cousins qu'on pouvait difficilement traiter comme des amis vu l'esprit de compétition qui régnait dans la famille et vu que ces derniers ne pensaient qu'à la compétition en plus. Tout jeu virait vite à la démonstration de supériorité des plus forts sur les plus faibles. Lui, il n'avait aucune envie d'apprendre à se battre ou autre chose du genre. Puis le père de Larius pensa à ce que disait son propre père à propos de Larius. Plutôt que d'essayer de le forcer à suivre des méthodes et à s'adapter à des points de vue plus classiques, il fallait des méthodes qui s'adaptaient à lui. Ce qu'il fallait pour Larius, c'était peut être un homme aussi singulier que lui. Ça déplaisait à son père mais il ne voyait plus que ça et il préférait crever que d'avoir un déchet pour fils.


C'est ainsi qu'ils engagèrent le mercenaire Rickard Dandy, un homme qu'on peut assez facilement qualifié de hors norme et ce à tous les niveaux. C'était un homme des plus singulier pour un mercenaire mais dont la réputation et le talent n'étaient plus à prouver. Un combattant brillant par sa technicité dans les manipulation de l'Aether, capable de faire se mouvoir l'aether dans son corps avec une dextérité sans précédent. C'était un véritable maître de l'Aether. Rickard parvint à intéresser Larius assez rapidement par ses méthodes peu orthodoxes, lui apprenant la maîtrise de l'aether par le jeu, ayant compris que c'était la façon d'attirer son attention.

- Salut.  Larius c'est ça ?! Moi c'est Rickard ! Je vais...
- C'est toi le nouveau ?
- Hmm ?
- Le nouveau maître que mes parents m'envoient.
- Euh... ouais.
- Tu ressembles pas aux autres.
- Je vais prendre ça pour un compilent.
- Les autres avaient les cheveux plus propres.
- Hahahahaha ! T'es marrant comme gamin toi ! Bon... Commençons ! Je sens le regard de ton père qui nous observe. J'ai pas trop envie d'être dans son collimateur.
- ça sert à rien. Je suis trop nul !
- Qu'est ce qui te fait dire ça ?
- C'est ce que disaient les autres maîtres. Je suis le pire élève qu'ils ont eut.
- Ça, laisse-moi en juger ! Montre-moi ce que tu sais faire !


Le gamin  qui se tenait avachi contre un mur qui lui servait de dossier pour son assise se redressa obtempéra, s'assit en tailleur, prit de grandes inspiration en fermant les yeux et commença à essayer de concentrer son Aether et ce, sans grand succès ou du moins, il y parvient mais avec une certaine difficulté et on sentait que son contrôle était précaire. Rickard grimace quand il observe la catastrophe que c'est.

- hmmm en effet !
- Je suis nul hein !
- Je me demande ce que les autres t'ont appris. Comment ils t'apprenaient ?
- Ils me faisaient m’asseoir et respirer en me concentrant sur mon énergie.
- Oh les boulets ! Je comprends que t'avances pas comme ça. Si ces gars ont rien compris à l'aether... Tu vois, l'aether, c'est l'énergie qui circule, C'est pas en restant immobile qu'on la comprend.
- Je comprends pas.
- C'est simple, je vais te monter. Debout ! Mets-toi sur un pied et tends ton autre jambe en arrière. Tu vois, tu perds l'équilibre...
- et ?
- Pour garder ton équilibre tu répartis le poids de ton corps là où tu en as besoin pour répartir l'équilibre. C'est exactement la même chose avec l'aether. Tu dois apprendre à amener l'aether là où tu en as besoin. Et c'est pas en respirant comme un abrutis, assis sur un caillou ou sous une cascade que t'auras besoin de mobiliser ton énergie. C'est quelque chose qui bouge. Pour la comprendre, il faut bouger. C'est vrais qu'être immobile ça aide à la ressentir dans un premier temps... mais ça ne permet pas de comprendre.


L'enfant sembla réfléchir un instant, comme s'il tentait d’assimiler les propos de son maître. Déjà, le fait que cet homme ne le rabaisse pas mais lui dise au contraire que ce sont les autres qui lui ont mal appris, ça le rassurait, ça le mettait en confiance. Ça rassurait un peu son ego. C'est pas lui qui est nul, c'est les autres qui ont pas su voir son potentiel.

- L'aether est une extension de ton corps, il émane de ton corps. Tout comme tu te sers de ton poids pour t'équilibre, tu peux te servir de ton énergie.

D'un coup, l'homme pousse le jeune garçon qui perd l'équilibre et tombe sur les fesses. Il le regarde avec un grand sourire.

- Si tu concentres ton énergie dans ton pied porteur, tu peux augmenter ton appuie, donc ton équilibre et ne pas tomber. Vas-y pousse-moi !

Rickard prit une pose bien déséquilibrée sur une jambe et fit signe au gamin de faire ce qu'il demandait. Larius se leva et s'exécuta avec une grande joie. Non mais d'où il le pousse ce type là ?! Le gamin tenta de pousser l'homme qui aurait du tomber. Personne ne peut se tenir ainsi immobile en étant dans cette position après avoir été bousculé, même par un enfant. Du moins, personne qui n'utiliserait pas l'aether. Larius était bluffé. Rickard n'avait pas bougé d'un pouce et était toujours en équilibre sur un pied, grand sourire accroché à son visage. Le gamin ne l'entendait pas comme ça et s'agrippa à la barbiche tressée de l'homme qui surprit tomba à terre avant d'exploser de rire.

- Hahahaha ! Je l'avais pas vu venir celle là ! Hahaha ! Allez ! On joue à celui qui tient en équilibre le plus longtemps ?!
- La première fois c'était un coup de chance tu m'as pris par surprise !


Le jeune homme en oubliait presque qu'il était en entraînement et se prenait complètement au jeu. Rapidement Rickard devint le maître mais aussi, d'un certain point de vue, le seul ami de Larius. C'était un homme d'une très grande bonté, ouvert, perspicace, et vif. Un homme libre d'esprit mais aussi dans ses gestes qui n'hésitait pas à instiller un peu de son goût pour la liberté au jeune enfant bien que sachant que ses parents seraient certainement contre. Il devint même tout aussi vite la principale source d'inspiration de Larius, son modèle en quelque sorte. Loin devant son père et à peu près tout le monde. Dans sa vie, cet homme rayonnait comme un soleil de sagesse et de gentillesse. Quotidiennement, il entraînait Larius par le biais de divers jeux qui l'initiaient à la maîtrise de l'aether, consistant généralement à tenter de le visualiser, le déplacer dans son corps, dans un objet, faire varier sa nature via des jeux de ballon ou d'autres jeux enfantins. Des jeux divers rythmés par les farces et les traits d'esprit de Rickard. Grâce à ses enseignements, Larius commença vite à maîtriser l'Aether, ce qui se répercuta comme ses parents le pensaient, sur ses capacités générales et notamment dans ses entraînements au combat dans lesquels il était de plus en plus performants.

Les parents de Larius reprirent espoir. Ils ne pourraient peut être pas faire de lui un grand stratège ou leader mais au moins, ils pouvaient essayer de faire de lui un combattant aguerris qui pouvait toujours honorer leur famille de ses faits d'arme.  Mais malgré ça, il n'arrivait pas à la cheville de sa sœur et ses parents l'ignoraient toujours royalement. Disons que confirmer qu'il ne serait pas une honte intégrale pour la famille les soulageait. Mais c'est pas pour autant que ça les rendait fière. Ils n'allaient certainement jamais lui manifester le moindre intérêt tant qu'il ne manifesterait pas des capacités extraordinaires.

Sa vie changea à nouveau quand Rickard quitta le service de ses parents, congédié par son père pour une raison qui ne fut jamais communiquée à Larius, il avait 14 ans et perdait ainsi son seul « ami », son maître, son confident, il se retrouvait à  nouveau seul dans cette famille froide et cruelle. Il s'y sentait de plus en plus mal. Il se disait de plus en plus qu'il devait la quitter ou que du moins, en devenant adulte, il prendrait ses distance, malgré ce que tout le monde pourrait dire. Il fera bien entendu carrière dans la marine comme c'est la tradition. Pas question d'entrer en guerre ouverte contre son père non plus. Mais il ferait son possible pour être muté dans une autre province, loin de ses parents et de sa famille. Mais bon, ça allait déjà mieux depuis un an, depuis que sa sœur avait commencé son service dans la marine. L'ombre envahissante de cette sœur géniale s'estompait un peu. Mais qu'un peu par ce que ses exploits dans va marine n'étaient qu'une nouvelle source de fierté pour ses parents. Mais bon, c'était toujours pas la joie.

L'une des tradition de la famille, c'était que dans leur éducation, tous les enfants avaient une activité manuelle et une activité artistique. Si je vous dis qu'il est très bon flûtiste, vous allez dire que vous vous en cognez je pense. Par contre, si je vous dis que l'activité manuelle à laquelle il tut initiée fut la menuiserie, vous en pensez quoi ?! Étrangement, contrairement aux études, il était très intéressé et très bon dans ces travaux manuels qui n'étaient à la base censés être que des passes temps. On le laissa s'y adonner en l'orientant naturellement vers la charpente  maritime en se disant que ça le servirait toujours dans sa carrière militaire de connaître bien l'anatomie d'un navire. Mais sa curiosité ne se limitait pas à ça en fait. Il commença également à bidouiller un peu de mécanique et autres bidouilles manuelles, cultivant ce talent, ce qui déplaisait fort au reste de la famille. Une activité manuelle, tant que ce n'est qu'un passe temps, ce n'est pas vulgaire mais quand ça devient une activité principale... comme pour le bas peuple... hum là c'est pas la même. Bref, ça faisait jaser à force quand à l'adolescence, il commença à passer limite plus de temps à bricoler ou bidouiller des trucs qu'à étudier des cartes ou la politique ou encore les stratégies militaires qui entraient par une oreille et sortaient par l'autre.

En fait plus, ça allait, plus Larius se révélait être quelqu'un de compétent mais aux antipodes de ce que ses parents, sa famille, l'empire, le monde entier attendait de lui. Il a toujours détesté ces soirées chez les Aragons auxquels il parfois été traîné depuis son enfance ou même la politique en règle générale, il n'a pas de don particulier pour la violence, aucun sens du leadership, il est relativement peu savant et  a des manières assez rustre pour un jeune aristocrate et la discipline lui donned e l'urticaire et se forcer àva suivre depuis toujours le rend assez anxieux.. Bref, il n'a rien d'un Espéranto.

Son frère finit par quitter la maison comme sa sœur pour partir faire ses armes, laissant seul Larius dans leur immense maison, presque entièrement seul avec les serviteurs. Larius avait 15 ans et donc largement l'âge qu'il faut pour se débrouiller seul sans leur présence. Remarquez, il ne s'en sont jamais vraiment embarrassés. Mais disons que là, ils ne faisaient même plus acte de présence. Tous ses cousins eux aussi avaient commencés leur carrière militaire ou avaient rejoins des postes d pouvoir après avoir fait un service minimum dans la marine. et les seuls enfants de la famille Esperanto avaient autour de 5 ans maximum. Il se retrouvait donc le dernier et savourait une certaine forme de liberté.

Tout changea dans sa vie quand sa sœur revint auréolée d'une éclatante victoire militaire, promue à l'âge de 25 ans commandante dirigeant ainsi 3 divisions. Elle revint même avec un trophée. Une relique sacrée qu'elle avait volée à un capitaine pirate qu'elle avait tué. Elle comptait l'offrir à la famille Aragon en tant que gage de sa fidélité et afin de solidifier encore une fois les liens de la famille Aragon et de la famille Esperanto. La relique était libre, son propriétaire mort. Vint alors à l'esprit du jeune Larius une idée folle, complètement folle. Le voilà son moyen pour devenir exceptionnelle, acquérir des capacités que personne d'autre n'aurait. Il lui fallait cette relique. Il devait devenir son maître. Seulement, en attendant le banquet durant lequel sa sœur comptait remettre aux Aragon va relique, cette dernière était conservée dans les coffres de la famille, fortement gardés pour l'occasion.

Larius profita de la confiance des gardes pour les tromper et passer leur vigilance, s’emparer des clés des coffres, pénétrer dans cette derniers, profitant de sa petite taille pour entrer par un endroit exiguë et sans se faire repérer arriver à l'intérieur des coffres, ce qui était en soit un petit exploit bien qu'il ai eut plusieurs éléments de son côté, tromper ainsi la vigilance des gardes était une chose assez impressionnante. Il s'entailla la main et posa cette dernière sur la relique, il sentit son sang le brûler, comme s'il réagissait à l'objet, il poussa un cri à alerta les gardes qui donnèrent l'alerte. Sa sœur fut la première membre de la famille à arriver dans les coffres et découvrir Larius, encerclé de plusieurs gardes. L'un d'eux tenait la relique à la main, tâchée de sang. Elle remonta immédiatement la piste des événements en voyant la main de son petit frère ensanglantée. Folle de rage, elle fondit sur son frère, sa lance de combat à la main, attrapa Larius au col et le souleva avec une grande violence, le planquant au mur de toutes ses forces avant de le menacer de la pointe de son arme qu'elle posa sous sa gorge.


- Larius petit imbécile, vermisseau pitoyable ! Nabot inutile ! Ne me dis surtout pas que tu as fais ce que je pense que tu as fait !!!
- On l'a trouvé comme ça, il est entré dans les coffres et a...
- La ferme ! Je ne m'adresse pas à vous ! Je ne parle qu'à lui. Ose ! Ose me dire que tu as fait ça !
- J'ai... J'ai mis mon sang sur la relique !
- espèce d'imbécile !


Folle de colère de voir que son imbécile de petit frère s'était accaparé le cadeau qu'elle comptait faire aux Aragon. Il s’était approprié sa victoire, son trophée. Il l'avait volé elle personellement en plus d'avoir agis contre les intérêts de la famille. Elle était presque sur le point de ficher sa lance dans le visage de son frère quand la voix tonitruante de leur père retentit pour l'arrêter.

- Laguria non ! Pose ton frère immédiatement !
- Père ! Cet imbécile, vous ne devinerez jamais ce qu'il vient de faire !
- Lâche-le !
- Cet abrutis vient de ce maudire et de voler le don que j'allais faire aux Aragon... Le don qui aurait pu peut-être me permettre de m'unir à un Aragon ! Jamais vous auriez dû confier ce merdeux à un maudit pirate ! Regardez comment il tourne !
- Quoi ?!
- Rickard était pas un pirate mais un mercenaire !
- C'est ça ouais ! C'est maudit pirate ! U Son maître était un pirate, un homme que père a fait exécuter ! Il n'aurait jamais dû faire confiance à cette vermine quia finit par prendre la mer comme son maître. Et maintenant il vogue on ne sait où certainement pour un seigneur pirate ! Quelle idée à la con de le laisser t'entrainer !
- C'est faux il...
- C'est vrais ! Ta sœur dit vrais. Laguria... laisse-moi régler ça !



Elle lâcha Larius ou plutôt le jeta à terre violemment avant de s'en aller en claquant violemment toutes les portes qu'elle pouvait alors qu'il ne parvenait toujours pas à se remettre de cette révélation. Bah ouais, Larius a presque jamais rien vu du monde, les pirates, il en a va vision cliché que ses parents lui en ont donnés. Des criminels sans foi ni loi qui ne respectent rien ni l'empereur ni qui que ce soit ni même la justice ni aucune forme de valeur morale. Un homme bon comme Rickard ne pouvait décemment ps être un pirate ! Son père lui avait caché ça, conscient de l'amitié très forte, l'admiration voire de l'amour que son fils avait pour cet homme. Il s'était dit que s'il savait ça, ça pourrait donner des idées à son imbécile de fils mais apparemment, pas besoin de ça. Pendant ce temps, le père de Larius s'approchait doucement de ce dernier et quand il arriva à son niveau lui envoya un puissant crochet qui envoya le gamin se briser contre un mur.Il ne s'était pas ménagé du tout avec ce coup et avait frappé de toutes sa force phénoménale sur son fils qui mangea le coup, presque sonné avant de s'écraser à terre, à moitié dans les vappes.

- Espèce d'imbécile ! Te rends-tu compte de ce que tu as fait ?! Te rends-tu seulement compte une seconde de ce que tu as fait fils indigne ?! Tu fais honte à ton rang et à notre famille !
- père je voulais juste être plus fort. Pour vous, pour la famille ! Pour...
- En te maudissant ?! En volant ce qui appartient à la famille, à ta sœur ?! En ruinant nos plans à tous ?!


Il lui envoie une énorme baffe d'un revers de la main dans la tronche, l'envoyant au sol sous le regards des gardes qui détournaient les yeux, ils savaient qu'ils seraient les prochains à en prendre pour leur grade donc ne faisaient pas les malins.

- Pire, en brisant les chances de ta sœur de s'unir à un Aragon, en l'empêchant d'unir nos deux grandes et nobles familles ! Tu voulais aider la famille ?! Mais as-tu réfléchis juste une seconde avant d'agir petit imbécile ?! Non ! Tu ne réfléchis pas toi ! Ça se saurait ! Tu n'en serait pas où tu es sinon ! Tu ne serais pas le membre le plus pitoyable que notre famille ai porté depuis des années sinon !
- Je... Je...


Le jeune homme se relève puis recule jusqu'à toucher un mur du dos. Il sentit alors comme un décharge parcourir son corps. Ses jambes ne le portaient plus, il tomba à terre, immobile, il ne contrôlait plus un seul de ses gestes. Iv était juste agité de l'gers spasmes. Il avait cette sensation d'engourdissement général. Il ne contrôlait plus rien. C'était si désagréable ! Il avait l'impression d'être enfermé dans son corps/. Seul ses yeux et un peu le reste de son visage acceptaient de remuer. Qu'est ce qui venait de se passer ?! Son père se pencha sur lui.

- Voilà ce que tu as a gagné par ta bêtise ! Tu es as été maudit par la relique de disparition. Tu es maudit à ce que le moindre objet ou la moindre personne touchant ton dis te paralyse ! Savoure ta stupidité et ton avarice !

Il jeta un dernier regard plein de mépris et d'une colère profonde à son fils à terre avant de tourner le dos et de quitter la salle du coffre après s'être emparé de la relique qu'il embarqua avec lui. Quand il put se relever, ce fut le tour de sa mère de venir l'engueuler, à peu près aussi violemment que son père à grand coup de baffes et de noms d'oiseau. Son frère passa juste pour se moquer de lui. Il fut alors enfermé dans ses quartiers pendant plusieurs jours. Il crut comprendre que la famille se demandait ce qui devait être fait. Larius pendant ce temps apprenait à vivre avec sa malédiction, se rendant compte qu'il ne pouvait même plus dormir sur le dos, s'adosser à quoi que ce soit. C'était des habitudes de vie qu'il fallait déconstruire. Ces premiers jours étaient horribles, il ne cessait de s’assommer et de se paralyser. Mais il apprenait aussi à connaître son pouvoir, ses limites, comment il marchait.

Pendant ce temps, il faisait l'objet d'un conseil de famille. Que devait-on faire ?! Que devait-on dire aux Aragon qui savaient déjà ce qu'ils devaient se voir offrir. Que devaient-ils faire de Larius ? Sa sœur proposa de le tuer pour offrir la relique aux Aragon, histoire de régler trois problèmes en un. Le cadeau, le problème de comment punir Larius et enfin ça ferait selon elle une honte de moins pour la famille. Mais sa proposition fut évidemment rejetée. Ils finirent par trouver un autre cadeau, moins précieux à faire mais tout de même. Et puis un maudit pouvait toujours être un atout pour la famille. L'union entre les deux familles n'eut jamais lieu et les parents de Larius renforcèrent la surveillance sur leur fils. Depuis ce jour, il n'avait plus le moindre espace de liberté. Il était réprimandé à chaque faux pas et on ne le laissait presque plus s'adonner à sa passion pour la bricole. Finit les méthodes éducatifs qui s'adaptent à lui et retour aux bonne vieilles méthodes bien violentes. Une torgnole pour chaque faux pas.

Il vécut donc deux ans et demi dans ces condition terribles à être sans cesse violenté, traité comme le dernier des incapables car dans sa famille, on n'oublie pas les faits d'arme mais encore moins des erreurs. Ce fut comme s'il avait arrêté de vivre pendant deux ans et demi. Des années durant lesquelles il compta les jours, que dis-je, les heures jusqu'à sa libération, le moment où il prendrait son envole, ferait ses armes dans la marine loin de ses parents et de leur contrôle. Par exemple, c'était son père qui détenait la relique, preuve du manque absolu de confiance en son fils. Histoire d'être certain de garder un contrôle, pouvant le menacer de le priver de son pouvoir s'il n'agissait pas comme il le voulait.

A 17 ans, Larius quitta la demeure pour s'engager dans la marine. En tant que soldat, comme il est de la tradition dans la famille de devoir gravir chacun es échelons, devant prouver à chaque fois sa valeur. Oui, cette famille bien que rude n'est pas dépourvue de valeurs qu'on peut juger comme étant vertueuses comme un sens de la méritocratie assez développé ou une certaine éthique ainsi qu'une grande loyauté à la marine ainsi qu'à leurs hommes.  Bref, la libération fut de courte durée car sa famille se débrouilla bien évidemment pour garder le contrôle sur lui. En effet, cette dernier gangrène la marine impériale de la province Aragon. Il arriva dans la division dirigée par son frère, elle même sous le commandement de sa sœur, elle même sous les ordres de son amiral de père. Il voyait ses seuls espoirs de liberté s'envoler ainsi. Sa famille garderait à jamais le contrôle sur sa vie et son destin. Il se résigna à cette idée.

Comme ce serait un gâchis qu'un maudit reste un simple soldat de rang, Larius monta assez vite quelques échelons pour devenir lieutenant sous les ordres directes de son frère pourtant à peine plus vieux que lui, de 4 ans tout juste. Quand on est de sa famille, étrangement on monte vite les rangs. Talents ou piston ? Je vous laisse en juger. La vie de notre jeune héros était des plus ennuyeuse, des plus mornes, dépourvue de toute réelle distraction, dominée par la paranoïa que quelqu'un profite de sa malédiction pour lui faire du mal, profiter de lui. Il en était arrivé à un point où il se sentait si oppressé par sa famille avec sa sœur ou son frère qui ne perdaient jamais une chance de le rabaisser ou de profiter de sa malédiction pour le rabaisser et le faire souffrir. Il était oppressé  aussi par l'institution qu'est la marine qu'il songea à mettre fin à ses jours. Il avait chargé une arme, l'avait posé sur sa tempe mais n'avait pas pu se décider à tirer.  Il était trop lâche pour mettre fin à ces jours. Il préférait pleurer sur son sort à se demander pourquoi il était né au sein de cette famille de malheur.

Puis vint le jour de sa libération. Il partit avec le reste de sa famille sur une expédition d'interception d'une flotte importante de pirates. Un jeune et charismatique pirate étant parvenu à rassembler une réelle armada, rassemblant l'équivalent d'une bonne demi-douzaine de divisions sous ses ordres. Il avait recruté tous les malfrats de la région, leur promettant richesse et renommée s'ils l'aidaient à explorer les mers inexplorées. La marine se devait donc de faire un exemple et d’annihiler ce capitaine pirate ainsi que toute sa flotte.  C'est ainsi que larius partit avec son père et son frère à la tête d'une flotte à la poursuite de ce pirate.

Au terme de plusieurs nuits et jours de  poursuite, Larius étant à bord du navire éclaireur qu'il dirigeait Ils menèrent à bien la traque et grâce aux manœuvres de Larius et des autres navigateurs de la flotte, ils parvinrent à rattraper les pirates mais furent prit dans une tempête durant la terrible bataille navale. Les navires coulaient des deux côtés, la tempête faisant des ravages, faisant se percuter les navires, rendant les manœuvres impossibles et les boulets venant détruire au hasard, se perdant dans l'eau ou jusqu'à la coque d'un navire allier. C'était la débandade ! Les pirates tentèrent de se retirer du combat mais l'amiral, le père de Larius ne l'entendait pas de cette oreille et comptait bien les poursuivre jusqu'en enfer s'il le fallait, quitte à emporter une partie de sa flotte vers les profondeurs de l'océan. Le navire amiral parvint à aborder le navire principale des pirates pour tenter d'avoir la tête de leur capitaine. Après être passé au travers de la mitraille des pirates qui avait fait des ravages à bords. En plein combat contre le capitaine de la flotte pirate, le père de Larius ne vit pas le mat principal s'écraser sur lui alors que le capitaine pirate le menaçait de ses coups de sabre. Dans un combat aussi compliqué, il ne put éviter et l'attaque et le mât et se retrouva coincé sous ce mât par surprise sans n'avoir pu se protéger avec son Aether, laissant ainsi le chef pirate profiter de cette occasion pour fuir. Voyant cela depuis le pont du navire où il se trouvait, Larius ne perdit pas un instant et abandonna son poste pour se téléporter, grâce à son don, jusqu'au pont du navire gravement endommagé et qui était déserté par les pirates qui tentaient de monter sur un navire de sauvetage. En voyant son fils arriver, l'homme blessé mais surtout coincé sous un épais mat et trop blessé pour tenter de le soulever lui même tendit la main vers son fils et implora son aide. Larius s'approcha doucement mais au lieu d'aider son père, il arracha d'une des poches de la veste de son paternel la relique maudite qu'il gardait précieusement toujours avec lui.

- Larius... que fais-tu... aides moi ! Téléporte-moi hors de là... Le... Le navire va couler.
- Je sais...
- Larius reviens ici immédiatement tu dois m'aider ! Je suis ton supérieur je... je suis ton père ! Raaaaaah ! Reviens ici immédiatement enfant indigne ! Tu ne vas quand même pas laisser ton père à la mort. Gnhhhh ! Je n'y arrive pas ! Je ne peux me retirer de là-desssous ! Aides-moi non d'un chien ! Larius !!! LARIUS !!!


Le jeune homme restait immobile, dois tourné à son père qui ne pouvait l'atteindre ni bouger, il peinait à respirer, plusieurs côtes brisés par la chute de l'énorme masse de bois. La pluie bâtait sur les épaules du jeune homme tandis que les râles de son père perçaient la tempête.

- Si tu t'en va je te maudis fils indigne je...

Larius tourna soudain la tête pour adresser un regard vide mais teinté d'un fond de haine vers son père qui comprit alors que quoi qu'il fasse, va décision de son fils était prise. Il allait le laisser là, à son sort, à mourir dans ce navire en train de couler.

- Je suis déjà maudit... deux fois ! Une fois en ayant versé mon sang sur cette relique, la seconde en portant le même nom et sang que vous !

Sur ces paroles, Larius regarda son père qui essayait désespérément de sortir tout en l'insultant copieusement. Le jeune homme posa juste va main sur un canon durant quelques secondes avant que ce dernier ne disparaisse et réapparaisse l'instant d'après un peu au dessus de la position du père du jeune homme. Le canon s'écrasa sur lui, empirant le poids pesant sur lui et ses blessures, le jeune homme répéta l'action sur le navire presque totalement vide. Personne n'était en état d'aider l'amiral, tous les autres occupants du navire dérivant au gré de la tempête à présent étaient gravement blessés, les autres avaient tous désertés le navire. Après un moment, il se dirigea vers les réserves de poudre du navire puis les fit sauter afin d'accélérer le processus de la chute du navire vers les profondeurs océanique avant de disparaître en usant encore de son pouvoir. Il réapparut sur le pont du navire de la flotte de la marine le plus proche, le navire sur lequel se trouvait son frère. On pouvait entendre les hurlements de haine de son père percer le fracas des vagues  et des navires qui se brisaient les uns contre les autres, entrecoupés de bruits de bataille, de douleur et du hurlement des canons.


- Larius ! Va sauver père tu ne l'entends pas ?!
- Non !
- C'est un ordre !
- Tu n'as pas d'ordre à me donner Serios !
- Je suis ton supérieur !
- Non tu n'es rien !


Larius disparut du regard de son frère pour réapparaître dans son dos et tenter de le frapper mais ce dernier pare l'assaut in extremis.

- Tu m'as donné assez d'ordre dans ma vie ! Tu t'es trop moqué de moi ! C'est finit ! La tyrannie de papa c'est finit ! L'ombre pesante de Laguria c'est finit ! L'absence perpétuelle de maman c'est finit ! Les moqueries des cousins, les dictons des oncles ! Tout ça c'est finit ! J'en ai ma claque ! Je ma barre ! Je quitte la marine je déserte et vous pouvez tous crever !
- Toi ! Petit enfoiré tu vas...
- Tu as le choix... me poursuivre et m'empêcher de partir ou bien sauver papa.
- Larius enfoiré !!!


Larius ne le laissa pas fini sa phrase qu'il se téléporta sur un autre navire qu'il vit passer au loin, un navire pirate sur lequel il atterrit sur l'un des mâts.

- Tu peux pas ! Tu n'as pas le droit sale lâche ! Traître ! Tu es un Espéranto ! Tu n'as pas le droit ! Tu n'as pas le droit de fuir, de déshonorer la famille !

Mais Larius ne se retourna pas. Serios jura à s'en déchirer les poumons avant de sauter dans la mer déchaînée afin d'aller sauver son père du navire en train de couler. Malheureusement pour lui, sa tentative fut veine. Il arriva trop tard. Son père était déjà noyé quand il plongea pour tenter de le sauver et il manqua lui même de se noyer dans sa tentative de sauvetage, d'autant que cet imbécile avait insisté pour secourir le corps, refusant de laisser la dépouille de son père nourrir les monstres marins qui rôdaient déjà autour de la bataille, sachant qu'ils pourraient se repaître des corps des divers morts et noyés. Il fut récupéré dans les flots déchaînés par son équipage auquel il aboya de se mettre à la poursuite de la flotte pirate. Mais en pleine débâcle, ayant perdu deux de ses officiers dont son commandant, ils  ne parvinrent pas à récupérer la trace de l'équipage pirate et surtout de Larius qui s'était enfuit à bord d'un de leurs navires et s'était caché parmi l'équipage après s'être débarrassé de son uniforme de la marine et s'être fait passé pour un membre d'équipage.  La flotte de la marine après plusieurs abandonné la traque pour rentrer sur le continent et annoncer la nouvelle de la mort de l'amiral Espéranto mais aussi pour faire réparer les lourdes avaries subis lors de la tempête et de la bataille et se réapprovisionner en vivres et en eau.

Larius pour sa part ne put maintenir sa couverture très longtemps. Il faut dire qu'il n'a pas du tout une attitude de pirate et fut repérer par le second de la flotte qui comprit qu'il était un intrus et lui tendit un piège. Quelle surprise de constater que Larius était un maudit quand il se téléporta au moment où ils tentèrent de le capturer. Mais bon, seul au beau milieu d'un navire, il ne pourrait fuir pour toujours, surtout en pleine mer. Mais le capitaine, pas trop con, comprit qu'il était plus intéressant de se faire un allier qu'un ennemie de ce jeune déserteur. Il s'intéressa à lui et ordonna à ses hommes de le laisser, il le plaça sous sa protection le jeune homme quand il comprit que c'était le maître d'une relique maudite. Et il eut bien fait car Larius les aida bien à échapper à la marine impériale en leur donnant des informations sur les routes de passage des convois et patrouilles navales les plus courantes.

Leur route se sépara lorsqu'ils arrivèrent à El Dorado, l'une des grandes terres pirates, où ils comptaient se ravitailler et faire réparer leurs navires une dernière fois avant de partir en expédition. Larius n'avait pas particulièrement envie de se joindre à eux et leur faussa compagnie une fois arrivé sur terre. C'est ainsi que Larius Esperanto devint pirate. Et depuis ce jour, il est activement recherché et a une prime très élevée sur sa tête. Un prime pour désertion et meurtre d'un amiral. Sur sa prime il est marqué « recherché vivant ». Sa sœur a insisté sur ce fait car elle tient à se réserver elle même l'honneur de mettre fin aux jours de son traître de petit frère et ainsi laver le nom de leur famille. Larius ne resta pas longtemps à El Dorado car recherché par le capitaine de la flotte pirate qui voulait se servir de lui pour son expédition. Il prit donc la mer sur le premier navire en changeant régulièrement d'équipage et de navire. Le tout en vivant de petits coups de mains et de larcins divers quand il restait sur terre, commençant à prendre goût à sa liberté, ayant laissé ressortir peu à peu sa vrais personnalité, libre, insoumise et surtout haute en couleur du fait de la sortie de l'influence de sa famille qui le bridait et surtout l'empêcher d'être qui il était vraiment. Son aigreur, sa tristesse et la dépression se sont vite effacés en découvrant enfin le goût de la liberté. A présent, il donne même l'impression d'essayer de rattraper le temps qu'il a perdu dans son enfance à ne pas s'amuser en se conduisant parfois comme un enfant.




« Et vous ? »

PRÉNOM ■ vomit !!!
AGE ■ 24 ans
SEXE ■ un homme un vrais avec du poil !

COMMENT AS-TU DÉCOUVERT LE FORUM ? ■ le patron
AVIS SUR LE FORUM ? ■ RaS


© WORLD OF CONFLICTS - Hitomi M.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 22/05/2017

Feuille de personnage
Métier:
Race:
Relique Maudite:

MessageSujet: Re: Larius : un bon gros abrutis !   Sam 9 Sep - 15:57

Okay, l'entraînement à l'Aether c'était super bien développé, chapeau !

Sinon bah, Relique validée, ton personnage est donc accepté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Larius : un bon gros abrutis !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gros Bill, étimologie.
» gros probleme ps3
» [Vente] Gros lot STAR WARS vintage en boîte.
» D&D et les gros bill
» Sir! On en a gros!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Développement :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: